Santé, interculturalité et environnement en l’Amazonie Équatorienne


Novembre-Décembre 2017


Atelier avec les Jeunes de Canelos (22/11 et 16/12)

Le 16 décembre s’est tenu la IIIème rencontre. Les Jeunes ont exprimés leur désir d’apprendre à mieux parler Kichwa et de se former autour des thèmes de la fabrication de la céramique, de la médecine naturelle, des chants, des danses et de la musique traditionnelle.
A la suite de ces deux rencontres, ils ont formés un groupe, qu’ils ont appelés "Canelos Kawsay" (le bien-être de Canelos) et ont élus leur coordinateur.

Les femmes du groupe Kuyan Kuyan Warmi Kuna ont motivées les jeunes tout au long des rencontres.

Grâce aux apports économiques générés par l’atelier de plantes médicinales et de remèdes naturels réalisé les 11 et 12 novembre, un groupe de 15 Jeunes de la communauté de Canelos ont participé à une IIème rencontre au Centre Sacha Warmi, pour poursuivre la réflexion à propos de la situation actuelle et proposer une série d’idées et d’activités qu’ils veulent réaliser dans leur communauté, pour améliorer la situation des jeunes.


Atelier de plantes médicinales et remèdes naturels

Ce premier atelier sur le thème des propriétés des plantes médicinales et la fabrication de remèdes naturels, a réuni 14 personnes, venant de plusieurs endroits du pays. Les apports économiques générés par cet événement ont permis de réaliser l’atelier avec les Jeunes de Canelos (voir plus bas)


100 patients reçus par des ostéopathes de France

Entre le 14 et le 18 novembre, des ostéopathes françaises ont reçus gratuitement près de 100 patients venant des communautés de Canelos, San Jacinto (Tena), Arajuno, ainsi qu’au Centre Sacha Warmi.


Programme de santé interculturelle

Depuis le mois d’octobre 2017, se réalise peu à peu un processus de consultation préalable informée, avec les membres de l’Association de Communautés Indigènes d’Arajuno (ACIA), qui se situe dans la région nord-ouest de la Province de Pastaza, pour faire connaître le thème de la santé interculturelle et s’accorder sur la formation d’agents interculturels de santé. Nous espérons finir prochainement la sélection des candidats pour débuter les cours en mars 2018.
Ces cours se réaliseront en partenariat avec le Centre d’Etudes Médicales Interculturelles (CEMI) de Bogotá (Colombia).


Campagne de soutien aux femmes céramistes de Canelos

L’art de la céramique des Canelos Kichwa, de la vallée du Bobonaza, dans la province du Pastaza, est une forme d’expression culturelle qui permet de maintenir et réaffirmer son identité culturelle.
Merci pour le soutien apporté à l’initiative de ce groupe de femmes céramistes de Canelos !


Septembre – Octobre 2017


Participation de Sacha Warmi Muskuy au Vème Congrès Latino-Américain et II ème Congrès Equatorien d’Ethnobiologie. Quito, 17-20 septembre 2017

.

Au cours de sa présentation « Parler de la santé… en faisant de la céramique », Didier Lacaze a présenté l’expérience de travail avec les femmes céramistes Kichwa de Canelos, en montrant comment, à travers la pratique de la céramique, il est possible d’aborder beaucoup de thèmes de santé. Mais aussi, comment la transmission de cette connaissance traditionnelle entre les femmes, âgées et plus jeunes, permet de réaffirmer l’identité culturelle. Pour finir, il a montré comment la promotion de la culture indigène augmente l’auto-estime, la confiance et la capacité d’auto-gestion de ses usagers.

Audiovisuel – 13min, édité par Sacha Warmi Muskuy pour partager les activités réalisées et les résultats obtenus dans le cadre du projet : « Possibilité de développement depuis la culture propre avec vision interculturelle ».

https://www.youtube.com/watch?v=dMldfiuz3bU&feature=youtu.be


Juillet – Aout 2017


Soutien au groupe Kuyan Kuyan Warmi Kuna

Durant le mois de juillet, Ernestina Vargas, présidente du groupe Kuyan Kuyan Warmi Kuna de Canelos, a participé au colloque: « Accoucher : entre savoirs, pouvoirs et tradition. »

« Les relations entre le système formel de santé et les sages-femmes indigènes ont plusieurs décennies. Au cours des dernières années, un nouveau rapprochement s’est construit entre l’État et les sages-femmes traditionnelles. Néanmoins, les femmes indigènes ne se sentent pas considérées à leur juste valeur de la part du système formel de santé. Le thème d’une juste compensation économique pour leur important travail n’est pas résolu. Alors qu’elle continue à jouer un rôle clef pour combattre la mortalité materno-infantil et l’abus de césariennes dans le monde entier. »

« El estado de Salud de los Pueblos Indígenas en el Mundo » Departamento de Asuntos Económicos y Sociales de las Naciones Unidas, 2009.

SWM a apporté son aide pour organiser le voyage et la participation d’Ernestina à l’événement.
Prochainement, CIPACUNA fera une publication à propos de l’événement...


Campagne de soutien au groupe Kuyan Kuyan Warmi Kuna

Le Centre Interdisciplinaire de Recherche des Savoirs CIPACUNA et Sacha Warmi Muskuy unissent leurs forces pour le lancement prochain d’une campagne de soutien au groupe de femmes Kuyan Kuyan Warmi Kuna, à Canelos. Le but cette campagne est de réunir 1500$ pour couvrir les frais de légalisation et de reconnaissance formelle de leur association, ainsi que la création d’un fond pour acquérir un stock de pièces de céramique de qualité des femmes de Canelos, qui seront exposées dans leur atelier de Céramique, à Canelos, de même qu’au Centre Sacha Warmi.
Plus d’informations sur cette campagne dans une prochaine communication…


Programme Santé Interculturelle

«Beaucoup de compte-rendus et d’études de cas autour du monde montrent que les peuples indigènes vivent quotidiennement sous un niveau considérable de racisme et de discrimination de la part des services de santé occidentaux, du, entre autres facteurs, au manque de connaissance et de compréhension de la cosmovision des cultures indigènes par rapport à la santé. »


« El estado de Salud de los Pueblos Indígenas en el Mundo » Departamento de Asuntos Económicos y Sociales de las Naciones Unidas, 2009.

Le programme de santé interculturelle se réalise conjointement avec l’« Association des Communautés d’Arajuno » – ACIA, dans la province du Pastaza et avec l’« Alliance Ceibo », de Lago Agrio qui regroupe des communautés Siona, Siekopai, Ai’Kofan et Waorani. Des activités se sont également réalisées et les discussions se poursuivent avec d’autres communautés Kichwa des provinces de Pastaza et de Napo.

Canton Arajuno

Le 22 septembre, en coordination avec l’Association des Communautés d’Arajuno (ACIA), nous nous sommes réunis avec 11 personnes venant de 6 communautés et un dirigeant de l’ACIA, pour lancer un processus de réflexion autour du thème de la santé. Dans le groupe, se rencontrent plusieurs sages-femmes de l’"Association de Sages-Femmes Indigènes d’Arajuno".


Femmes de l’association de sages-femmes d’Arajuno s’exprimant durant la réunion du 22 septembre...

Une proposition de formation d’agents de santé interculturelles était au cœur de cette rencontre. Cette formation souhaite répondre à la nécessité de créer une meilleure capacité entre les communautés, pour qu’elles aient une participation plus directe et plus active dans les projets de santé. Les participants considèrent comme important et nécessaire de renforcer en premier lieu leur propre système de santé.

De même, ils sont d’accord sur le besoin de promouvoir un dialogue interculturel avec le système de santé occidental pour développer des relations plus harmonieuses. Cette étape devrait mener à l’amélioration des conditions actuelles de santé et de vie, de manière générale. Pour cela, les deux formes de médecines doivent travailler ensemble. Cependant, il n’est pas toujours clair de savoir comment cette coopération peut se mettre en place.

De plus, il existe toujours un vide légal, bien que la valeur et l’importance des médecines traditionnelles indigènes soit reconnues constitutionnellement et que leurs utilisations et leurs applications soient promues au sein du Modèle de Soin de Santé Intégral (MAIS-FCI), du Ministère de Santé Publique d’Equateur. Il n’y a pas encore d’instruments, ni de mécanismes pertinent pour que les prestataires de ces soins reçoivent une juste compensation économique pour leur participation et leurs apports au sein d’un système global de santé qui, de fait, intègre déjà les deux formes de santé.

Le programme de formation des agents de santé interculturels propose d’être un premier pas jusqu’à la possibilité de créer un cursus professionnel pour des étudiants des peuples et nationalités indigènes. Ce cursus peut commencer avec l’obtention d’un diplôme technologique jusqu’à un grade d’ingénieur en Santé Interculturelle.

Relations avec le District de Santé 16D02, d’Arajuno

Au début de 2017, a été lancé un processus de transmission d’informations et de sensibilisation culturelle au personnel professionnel de santé qui travaille dans le Centre de Santé d’Arajuno.

Cette activité appuie la proposition du « Modèle de Soins Intégral de Santé » (MAIS-FCI), du Ministère de la Santé Publique (MSP), pour la création de meilleures compétences interculturelles entre le personnel des unités opératives du système formel de santé.

La réunion a permit de discuter et de se mettre d’accord sur quelques solutions alternatives aux difficultés expérimentées durant les mois précédents. Pour cela, il a été entendu d’étendre la formation en interculturalité au personnel administratif du département, en assurant la présence des directeurs des cinq unités opératives d’Arajuno, ainsi que celle des six techniciens de Soin Primaire de Santé (TAPS) qui travaillent dans le canton d’Arajuno. Le District s’engage a rendre effectifs ces accords.


Alliance Ceibo

En coordination avec les programmes de Pratiques Propres et de Communication, nous continuons a soutenir l’initiative Siekopai de Sewaya, avec son projet de jardin communautaire de plantes médicinales et documentation audio-visuelle des connaissances des anciens sur les plantes d’importance culturelle.

« Les leçons apprises sont que la promotion de la médecine indigène augmente l’auto-estime de ses pratiquants et renforce l’identité, l’estime de soi et la capacité d’autogestion indigène. »


« El estado de Salud de los Pueblos Indígenas en el Mundo » Departamento de Asuntos Económicos y Sociales de las Naciones Unidas, 2009.

Il est a espérer que ce projet puisse arriver à motiver d’autres communautés de l’Alliance Ceibo à sintéresser au thème de la santé, de leur propre médecine et de l’interculturalité.


Le projet de jardin communautaire de plantes médicinales de Sewaya es, en grande partie, la vision d’une femme : Fanny Piaguaje


  oO)-.
 /__  _\
 \  (  |
  \__|\ {
  '  '--'